The Chap Manifesto: Revolutionary Etiquette for the Modern Gentleman

ISBN: 1841156574
ISBN 13: 9781841156576
By: Gustav Temple Vic Darkwood

Check Price Now

Genres

Book Room England Feel Good Humor Humour Non Fiction Nonfiction Sociology To Buy Or To Borrow To Read

About this book

Something is amiss in society. At every level, the populace worships an unholy trinity of aspiration, vulgarity, and self-regard, while qualities such as courtesy and savoir-faire are pushed aside in the name of progress. The Chap Manifesto is a rallying point for the gentleman mired in postmodern confusion. Now, learn how to adjust your gloves with the correct degree of insouciance, how to behave at the revolutionary dinner table, and what items to pack in your anarcho-dandyist toolkit. Once you have mastered the sartorial and behavioral basics, you can move on to more advanced tactics, like The Trouser Semaphore and Random Acts of Common Courtesy. Racily illustrated throughout, this is a ripping Call to Charms.

Reader's Thoughts

Ted Read

The foreword alone is worth the price!http://thechap.net/content/section_ma...

Monk Fish

mandatory for any gent-to-be

Mike Steven

Really funny book with a serious message. I have read it several times and try and develop into more of a raconteur after each study.

Nicolas Baygert

Ce manifeste se présente d’emblée comme une plaisanterie sérieuse. Teinté d’une ironie so british, l’ouvrage signé Gustav Temple & Vic Darkwood (2001), présenté par Olivier Frébourg dans cette édition française, perd environ la moitié de son charme de par sa transposition en français. Faisons l’impasse sur ce handicap majeur. La noblesse du combat demeure.Frébourg avise dans sa préface : « comme tout vrai dandysme – ce mot si galvaudé par les magazines de mode –, le chapisme est une diététique, une ascèse qui exige d’y sacrifier ses journées et une lutte permanente contre un monde qui nivelle les comportements, les modes de pensée et les codes vestimentaires ». Un assaut ludiquement désorganisé contre la vulgocratie, qui se sait perdu d’avance. Cette « Haute Vulgocratie », comprend pop stars, gagnants du Lotto, capitaines d’industrie, magnats de la presse imbus d’eux-mêmes, qui, nous le savons, « utilisera ses notions dénaturées et mal digérées du savoir-vivre comme une arme pour repousser tous les prétendants hors de leur territoire de nouveau riches » (P. 42).Frébourg ponctue à juste titre : « notre époque crève de son manque de drôlerie. Et l’humour est, dans nos sociétés du spectaculaire encadré, réglementé. Les médias de masse se chargent de cette fonction en tant que bras armé du pouvoir. Jamais peut-être l’humour, l’ironie n’auront été aussi subversifs qu’aujourd’hui. Le Chapisme est une cause joyeuse et désespérée ».Cette « conjuration des Anarcho-Dandys », par-delà une posture éminemment politique, comprend une philosophie de la toilette, une condamnation du fitness, une apologie du tabac et des conseils de beauté pour retrouver le teint livide d’un Baudelaire : « Si Baudelaire avait été l’image même de la santé, joues colorées, corps fringuant et attitude joviale, il est douteux qu’on l’eût pris réellement au sérieux dans son rôle de poète. Au XIXe siècle, bohème rimait avec pâleur maladive, teint blafard du poète tuberculeux » (P. 70).Le Manifeste propose par ailleurs bon nombre d’antipoisons décalés. Contre la pullulation des téléphones portables et le pourrissement holistique de toute intersubjectivité :« Au milieu d’une conversation, plongez la main dans la poche de votre veste et retirez-en un petit recueil de poésie, choisissez une page avec soin et mettez-vous à lire un vers ou deux dans un silence total. Puis replacez délicatement le livre dans votre poche et tournez-vous vers votre compagnon en lui lançant un : Excusez-moi. Vous disiez ? » Continuez d’exaspérer votre compagnon en sortant un carnet et en composant vous-même un ou deux vers, rajoutez-en encore une couche en léchant la mine de votre crayon, les yeux dans le vague » (P. 48).Le Manifeste propose un idéal ; évoquant les figures prophétiques de Joris-Karl Huysmans ou du Comte de Montesquiou. Libre aux gentlemen mécontemporains d’en suivre certains préceptes pour réenchanter leur quotidien médiocratiquement terne.

Share your thoughts

Your email address will not be published. Required fields are marked *